Camping sauvage responsable

Publié le 07/04/2017

Evidemment, en Nouvelle Zélande, le camping sauvage est interdit. Il l’était tout autant à Tekapo. On attendait la nuit pour monter la tente puis on rangeait tout à l’aube, du bivouac en quelque sorte. Heureusement, nous sommes en automne et l’hiver approche, les nuits se rallongent, sinon ces dernières auraient été bien courtes, on se serait bien pris la tête à attendre une heure tardive pour monter la tente. Lever du soleil à 6h, coucher du soleil à 18h.
Au cours de notre séjour, on se rendra compte que la Nouvelle Zélande est un peu le pays de l’interdit. Cela commence par le camping sauvage. Ici, les rois sont les camping-cars donc ceux qui sont autonomes, qui ont des toilettes. Il y a beaucoup de zones gratuites où ils sont autorisés à stationner la nuit.

En NZ, les backpackers troquent les bus et auberges pour le van aménagé. Il y en a absolument partout. Professionnel ou particulier, c’est un vrai business, ce qui va souvent de pair avec arnaque. Pour ces derniers qui ne sont donc pas « self contained », ça se complique. Tu loues ton van 100€/jour et tu dois rajouter le camping pour stationner à 20$/pers/nuit (un peu moins de 15€/pers/nuit). Sacré budget de voyager en NZ ! Impossible de voyager dans ces conditions pour notre part. Le Département de conservation (DOC) prévoit différents sites de camping à prix diverses allant de 0$ à 18$/pers/nuit (0 à 12€), bien entendu les gratuits ne sont pas les plus faciles d’accès et les plus intéressants. Il existe aussi des appli recensant les sites de camping, les points d’accès au Wifi gratuit. On peut ainsi trouver les emplacements gratuits, ceux où on peut poser la tente, ceux où il y a des toilettes, de l’eau potable…
Une jolie amende de 200$ (130€) attend quiconque se fera prendre entrain de camper, tente, van, voiture à un emplacement interdit au camping ou sans avoir payé le camping. Oui, c’est encore à la Kiwi, il y a souvent des boites de confiance mais les rangers passent surtout dans les endroits très touristiques, en fin de journée (ex : Aoraki, Queenstown etc.). Nous, on prend le risque. En tente, il est plus facile de se cacher qu’en van ou voiture. Et puis, les rangers ne s’amusent surement pas à fouiller les forêts et autre à la recherche des tentes, ils ont bien assez à faire avec les vans. Cette amende semble malgré tout faire son effet et en refroidit plus d’un.


Galerie photo

Photo, Voyage, Travel, Camping sauvage, Freedom camping, Ammende, Fine, Self contained, Van


Keywords

Photo, Voyage, Travel, Camping sauvage, Freedom camping, Ammende, Fine, Self contained, Van

Commentaires (0)